Accompagnement thérapeutique

Vers un accompagnement thérapeutique plus spirituel

 

Un changement de cap… pour un accompagnement thérapeutique de personnes qui prennent la responsabilité de ce qu’elles vivent….

 

Sortir de la passivité, de la plainte…

J’arrive à un moment de ma vie où je ressens le besoin de repositionner mon activité ; je réalise depuis plusieurs mois que ma voie est d’accompagner des personnes qui vivent une souffrance et qui sont sur un chemin de développement personnel et spirituel.

J’accompagne des personnes depuis des années dans leur changement de vie et j’en rencontre qui viennent en pensant que leurs souffrances, leurs problèmes sont extérieurs à elles, comme si leurs maux prenaient leurs racines à l’extérieur. Cette attitude intérieure les amène à fuir leurs responsabilités, c’est-à-dire à ne pas voir, accueillir, accepter ce qui dépend d’elles. A fortiori, croire que ce qui nous arrive est de « la faute » des autres est un véritable frein au changement intérieur.

Sénèque disait : « la vie, ce n’est pas d’attendre que l’orage passe, c’est d’apprendre à danser sous la pluie ». Nous pouvons par moments laisser l’orage passer mais il y a d’autres moments, il est salutaire, d’apprendre à danser sous la pluie.

Cela me rappelle aussi le conte des 3 portes de la sagesse où un prince s’engage dans un chemin où il pense devoir changer le monde, changer les autres avant de commencer à comprendre qu’il a à se changer lui-même ("Si je suis moi-même la cause de mes problèmes, c'est bien ce qui me reste à faire").

Avant de cheminer pour s’accepter lui-même, accepter les autres, accepter enfin le monde.

« J’ai appris, dit le Prince, que le monde est le miroir de mon âme.

Que mon âme ne voit pas le monde, elle se voit dans le monde.

Quand elle est enjouée, le monde lui semble gai.

Quand elle est accablée, le monde lui semble triste.

Le monde, lui, n’est ni triste ni gai.

Il est là; il existe; c’est tout.

Ce n’était pas le monde qui me troublait, mais l’idée que je m’en faisais.

J’ai appris à accepter sans le juger, totalement, inconditionnellement. »

 

Je rencontre aussi des personnes qui se reposent entièrement sur la thérapeute, un peu comme si elles attendaient que celle-ci fasse le job à leur place. D’autres qui viennent en doutant de l’approche par l’hypnose, recherchant une approche qui ne passe pas l’analyse, différente de la thérapie classique analytique, tout en restant accrochées à l’analyse, au jugement.

D’autres encore, s’imaginent qu’une seule séance d’hypnose va révolutionner leur vie, des croyances limitantes ancrées depuis des années, des comportements générant des souffrances depuis tout autant de temps… quelle exigence ! Un peu comme si elles attendent un coup de baguette magique et hop tout est résolu ! Tout, tout de suite... nourrissant de l’impatience et de la frustration.

La vie est tout autre, avec ses hauts, ses bas… avec chacun, chacune, un temps de prise de conscience qui lui est propre. Un cheminement personnel fait d’ouvertures, de découverte, de curiosité.

Il arrive qu’une seule séance suffise pour une demande concrète et précise. Ainsi, il m’arrive d’accompagner des personnes qui perdent complètement leurs moyens lors de situations d’examens, d’évaluation. Je les aide alors à se défaire ou à apprivoiser leurs peurs, à renforcer les ressources nécessaires en vue de leur examen (permis de conduire, concours, contrôles…).

Il y a aussi certaines personnes qui multiplient les démarches auprès de thérapeutes différents, sans réaliser le travail en profondeur, comme pour valider le scénario qu’elles ont écrit il y a fort longtemps et ainsi se prouver à elles-mêmes que décidément « ça ne marche pas, ça ne fonctionne pas » pour elles.

 

Comment s’engager dans le changement ?

La question essentielle à se poser avant de consulter : êtes-vous prêt à abandonner les choses qui vous rendent malade ?

De nombreux maux viennent de blocages émotionnels, de stress, de croyances erronées. Nous avons le pouvoir d’agir mais plus nous répétons les mêmes choses et plus nous obtenons les mêmes effets. Se défaire de ses habitudes est difficile. Prendre conscience de son fonctionnement est primordial.

Quelqu’un qui cherche toujours à se plaindre, qui se complait dans son mal ou qui n’est pas prêt à se défaire de l’origine de sa souffrance, ne pourra pas guérir. Quel que soit le soin que le thérapeute apportera, il retombera toujours dans son mal qu’il entretiendra malgré lui. Le premier pas pour aller mieux est de vouloir réellement aller bien et d’être prêt à abandonner les choses qui le rendent malade.

 

Pour devenir acteur-trice de sa vie

Le changement est à la portée de tous. Il est de la responsabilité de chacun de choisir son chemin de guérison. La motivation joue un rôle majeur dans ce processus.

Je décide de ma vie

Ce que je ne peux pas contrôler :

  • Le temps qu’il fait
  • Ce que les autres décident
  • La maladie
  • La mort
  • Ce que les autres disent
  • Le passé
  • Ce que les autres pensent
  • La méchanceté des autres
  • Les injustices
  • Ce qu’il se passe dans le monde

 

Ce que je peux contrôler :

  • Mes efforts
  • Ce que je dis
  • Ce que je décide
  • Ce que je fais
  • Ma gentillesse
  • Ce que j’écoute
  • Qui sont mes amis
  • Ce que j’apprends de mes erreurs

 

Redevenons acteur-trice de sa vie

Quelle joie pour moi d’accompagner aussi des personnes qui prennent leur part de responsabilité, qui acceptent de se laisser traverser par leurs émotions pour transformer leurs souffrances et retrouver davantage d’harmonie, de paix intérieure. Et qui ont intégré que 1+1=3 et non 2 (nous sommes plus que l’ensemble de nos parties).

Je suis alors amenée à faire de très belles rencontres et à accompagner des transformations magnifiques. Et c’est ce qui fait que je continue ce métier. J’ai des retours réguliers, des témoignages oraux qui m’amènent à me dire que ce que je propose produit des effets bénéfiques. Ce qui n’exclut pas les moments de doute, de remise en question, de démotivation. Eh oui, il n’y a pas que les clients qui vivent des émotions et qui doutent !

J’intègre la part spirituelle de chaque Être dans l’accompagnement car je crois qu’il existe d’autres dimensions. J’accompagne à partir de ce que je SUIS dans l’instant présent, de ce que tous mes sens perçoivent, de mon intuition, des messages que je reçois. Je me connecte à mes guides pour être la plus ajustée aux personnes que j’accompagne.

Et ainsi leur permettre de commencer à se libérer de certains schémas répétitifs ou encore, réactiver des connaissances ou ressources qu’elles ont déjà eus, qui sont peut-être latents en elles, et qui leur seraient utiles dans leur vie.

 

Depuis plusieurs mois, je prends plaisir à accompagner des Êtres en devenir, sur leur chemin de vie, des personnes ouvertes à une puissance qui nous dépasse. Je prends conscience que j’aime l’ouverture.

Je suis une thérapeute qui inclut dans son travail l’âme de la personne, comme faisant partie intégrante de qui elle est véritablement. Je peux comprendre que ce langage ne parle pas à tous et je l’accepte.

L’accompagnement que je propose aujourd’hui a une dimension spirituelle en ce sens qu’il vise à faire évoluer et grandir, à permettre de se développer, à être aligné avec soi-même et ses ressentis, à sortir du faire pour aller vers l’Être en Soi.

Et aller ainsi vers davantage d’équilibre, d’harmonie intérieure, des prises de conscience ou une libération.

Certains thérapeutes se spécialisent par exemple dans l’accompagnement de l’arrêt du tabac, d’autres à la perte de poids…

 

Ce qui m’anime et m’intéresse, au-delà des sujets pour lesquelles les personnes viennent en consultation :

  • ce sont leurs qualités de cœur,
  • d’Être et leur aspiration à grandir,
  • à se transformer,
  • à être curieux,
  • motivées pour cheminer,
  • à reconnecter leurs émotions,
  • à changer de paradigme.

 

Comme disait Jacques Brel :

« Je vous souhaite de souhaiter.

Je vous souhaite de désirer.

Le bonheur c'est déjà vouloir.

Comme en droit pénal, l'intention vaut l'action.

Le seul fait de rêver est déjà très important.

Je vous souhaite des rêves à n'en plus finir,

et l'envie furieuse d'en réaliser quelques-uns.

Je vous souhaite d'aimer ce qu'il faut aimer,

et d'oublier ce qu'il faut oublier.

Je vous souhaite des passions.

Je vous souhaite des silences.

Je vous souhaite des chants d'oiseaux au réveil

et des rires d'enfants.

Je vous souhaite de respecter les différences des autres parce que

le mérite et la valeur de chacun sont souvent à découvrir.

Je vous souhaite de résister à l'enlisement, à l'indifférence,

aux vertus négatives de notre époque.

Je vous souhaite enfin de ne jamais renoncer à la recherche,

à l'aventure, à la vie, à l'amour […] »